L’écart de prix entre les produits végétaux et leurs homologues animaux se réduit

Selon une étude réalisée par la Fondation Questionmark, à la demande de ProVeg, de nombreux produits d’origine végétale s’avèrent moins chers que leurs équivalents d’origine animale.

Questionmark a mené cette étude auprès de 5 enseignes de supermarchés en Belgique (Aldi, Carrefour, Colruyt, Delhaize et Lidl, qui détiennent ensemble 80 % des parts de marchés du pays), sur 13 catégories de produits végétariens et végétaliens.
Ils ont comparé les prix des produits les moins chers destinés à remplacer une variante animale avec le prix de la version animale la moins chère.

Principaux résultats de l’étude :

  • Deux tiers des 55 produits végétaux analysés sont à des prix abordables, voire moins chers que leurs homologues animaux. Par « abordable », nous entendons ici que le prix du produit correspond à la fourchette de prix des produits équivalents d’origine animale.
  • Les types de produits végétaux qui sont souvent moins chers que leurs équivalents d’origine animale sont le lait, les burgers, les plats préparés, la viande hachée et les morceaux de poulet.
  • Les tartinades végétales sont par contre souvent plus onéreuses que les tartinades à base d’ingrédients animaux.
  • L’assortiment végétal dans les supermarchés belges est limité : il n’y a souvent qu’un seul produit végétal par catégorie contre plusieurs produits d’origine animale.
  • Dans la plupart des supermarchés, un panier composé des sept produits les plus courants en version végétale s’avère moins cher qu’un panier comprenant des produits animaux. Si l’on inclut des produits moins courants, le panier végétal revient alors plus cher que le panier composé de produits animaux.
Image : ProVeg, d’après les recherches de Questionmark en décembre 2022

Acheter des produits végétaux ne revient pas nécessairement plus cher que des produits animaux

L’étude porte sur 55 produits différents d’origine végétale et montre qu’une grande partie de ces produits (42 %) s’avère en réalité moins coûteuse que leurs homologues d’origine animale les moins chers.

Un quart des produits sont qualifiés d’abordables, ce qui signifie que leur prix se situe dans la fourchette de prix de leurs équivalents animaux.

A contrario, un tiers des produits végétaux étudiés reviennent plus chers que leur équivalent d’origine animale le plus cher.

40 % des consommateurs de viande en Belgique déclarent vouloir manger moins de viande à l’avenir. Néanmoins, certains facteurs constituent des freins à ce changement.

En 2022, une étude d’iVOX commandée par l’asbl ProVeg a démontré qu’un Belge sur quatre ne consomme pas plus souvent veggie parce qu’il considère que cela coûte trop cher. Cet argument tend à disparaître. En effet, l’écart de prix entre les produits veggie et véganes et leurs homologues d’origine animale se réduit et a même complètement disparu pour certains produits..

Image : ProVeg, d’après les recherches de Questionmark en décembre 2022

Le lait de soja est moins cher que le lait de vache

L’étude montre notamment que le lait de soja reste moins cher que le lait de vache. Les deux tiers des produits veggie et véganes se situent quant à eux dans la même gamme de prix, voire en dessous des prix de leurs équivalents animaux.
Les versions végétales sont moins chères presque partout, en particulier pour les catégories de produits telles que le lait, les burgers, les plats préparés, la viande hachée et les morceaux de poulet. Les tartinades végétales quant à elles (jambon, fromage, filet de poulet…) sont généralement plus chères.

De plus en plus de produits d’origine végétale deviennent plus accessibles

Ces résultats montrent que les seuils pour manger davantage végétal tendent à baisser, rendant ainsi l’offre de plus en plus accessible pour de plus en plus de consommateurs belges. Ce qui est d’autant plus important qu’adopter une alimentation plus végétale a un impact positif sur le changement climatique, la biodiversité, le bien-être animal et divers risques du point de vue de la santé. Grâce à cette enquête, nous espérons, chez ProVeg, encourager les distributeurs à jeter un regard critique sur les prix de leurs produits d’origine végétale. Les résultats de cette étude ont également fait l’objet d’un échange avec les distributeurs concernés.

Nos recommandations

Sur la base de cette étude, voici quelques recommandations visant à encourager les supermarchés belges à développer leur gamme de produits végétaux à des prix abordables :

  1. Mettre en place une politique ciblée visant à aligner les prix des alternatives végétales sur ceux de leurs versions animales. La chaîne de supermarchés britannique COOP UK a mis en place une telle politique de parité des prix qui a permis de placer les produits végétaux de la marque distributeur sur un pied d’égalité avec les produits animaux (Co-op 2021). Toujours au Royaume-Uni, Tesco a également pris des mesures ciblées pour réduire l’écart de prix (Retail Gazette 2021). Enfin, aux Pays-Bas, le supermarché en ligne Ocama a introduit une politique selon laquelle le prix de toutes les alternatives à la viande et aux produits laitiers (y compris les produits de marques privées) est égal à celui de leur variante d’origine animale (Distrifood 2022).
  2. Rendre les produits d’origine végétale abordables en s’assurant de proposer au moins un produit dont le prix se situe dans la fourchette de prix de ses équivalents animaux. Ce n’est actuellement pas le cas pour près d’un tiers des produits.
  3. Élargir la gamme de produits végétaux de marque distributeur afin qu’il y ait plusieurs options disponibles pour remplacer un produit animal. Le fait de pouvoir choisir parmi plusieurs produits (saveurs, conditionnement, etc.) rend le choix d’une alternative végétale plus attractif pour le consommateur.
  4. Ajouter une alternative végétale (de préférence végétalienne) pour chaque produit d’origine animale de marque propre. Par exemple, il peut être judicieux de rechercher une alternative végétale (de préférence végétalienne) pour chaque produit animal sous marque distributeur.
  5. Recourir à des promotions pour rendre les choix durables plus attrayantsL’étude Superliste Environnement 2022 (en NL), réalisée auprès des mêmes enseignes de supermarché a montré qu’en moyenne 70 % des offres contenaient de la viande ou du poisson. Seuls 7 % des offres riches en protéines ont un ingrédient principal d’origine végétale (Questionmark 2022). La grande disparité des offres entre les produits végétaux et leurs homologues animaux rend difficile le choix d’une alternative végétale pour le consommateur soucieux de son budget.

Plus d’info sur l’étude

Questionmark a mené une étude similaire dans les supermarchés aux Pays-Bas en 2022 (uniquement disponible en néerlandais). Nous avons donc également pu comparer les résultats avec les Pays-Bas. Les prix ont été relevés la troisième semaine de novembre et décembre 2022, sur la base des produits présents sur les sites internet des supermarchés et, dans un cas, en magasin (Lidl). Certaines enseignes ont indiqué que tous les produits ne se trouvaient pas sur leur site web. Ceux-ci n’ont donc pas été inclus dans l’étude.
Deux moments de collecte des données permettaient de vérifier si l’inflation avait eu un impact sur les prix au cours de cette période. Il s’est avéré que ce n’était pas le cas : les prix en novembre et décembre étaient sensiblement les mêmes.
Pour cette étude, nous avons donc utilisé les prix les plus courants de décembre 2022.

Nous avons également discuté des résultats de cette étude avec les distributeurs concernés. Suite à ces échanges, il apparaît que tous les produits veggie des marques propres de Colruyt et Carrefour ne se trouvaient pas sur leurs sites internet au moment de la collecte des données. Par conséquent, les différences de prix peuvent s’avérer encore plus faibles pour certains types de produits.
De nouveaux produits ont également été ajoutés à leur gamme, ce qui est une très bonne nouvelle. Par exemple, depuis 2023, on peut désormais retrouver des morceaux de poulet végétal sous marque distributeur chez Colruyt.

Dernières mises à jour et actualités

  • Membre à l’honneur : Fishway

    Membre à l’honneur : Fishway

    Un entretien avec Nina Coolsaet, co-fondatrice de Fishway, en collaboration avec Sam Van De Velde. Fishway est une entreprise qui…