Promouvoir la justice sociale grâce à l’alimentation végétale : Quatre raisons clés

Chaque année, le 20 février, les Nations Unies célèbrent la Journée Internationale de la Justice Sociale en reconnaissance de la nécessité de construire un monde plus juste et inclusif. Dans cette perspective, nous explorons quatre raisons pour lesquelles l’adoption d’une alimentation végétale peut être une opportunité puissante de promotion de la justice dans l’agriculture et au-delà.

1. L’alimentation végétale contribue à la justice environnementale

Ceux qui sont socialement, économiquement, politiquement marginalisés sont disproportionnellement affectés par le changement climatique et la dégradation de l’environnement, exacerbés par l’agriculture animale.1 Par exemple, les communautés vulnérables sont souvent situées à proximité des principales sources de pollution, telles que les fermes industrielles. Un exemple célèbre est l’État américain de Caroline du Nord, connu pour sa densité élevée de fermes porcines. Depuis les années 1990, des études ont montré que ces exploitations d’alimentation à grande échelle sont beaucoup plus concentrées dans des zones avec une forte population noire, autochtone et de couleur.23 Produisant une quantité impressionnante de déchets, les fermes porcines polluent significativement l’air, l’eau et le sol adjacents, mettant souvent en danger la santé des communautés minoritaires.4

En passant à des régimes alimentaires et des systèmes alimentaires basés sur la consommation de végétaux, nous pouvons atténuer ces conséquences désastreuses. Les aliments d’origine animale sont responsables d’environ 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre5, tandis que la production de bétail est responsable d’environ 32 % des émissions mondiales de méthane anthropique, un gaz bien plus puissant que le CO2.6 Les aliments à base de plantes, en revanche, ont un impact environnemental beaucoup plus faible.7 On estime que le passage à une alimentation végétale pourrait réduire les émissions agricoles dans les pays à revenu élevé de 61 %.8 Passer à une alimentation à base de plantes aide donc non seulement la planète, mais aussi ceux qui souffrent de sa destruction.

2. L’alimentation végétale réduit la déforestation

L’agriculture animale non seulement contribue de manière significative aux émissions de gaz à effet de serre, mais elle est également un moteur majeur de la déforestation, qui a souvent des répercussions négatives sur les communautés locales. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’expansion agricole a été responsable de près de 90 % de la déforestation mondiale entre 2000 et 2018.9 Une grande partie de ce pourcentage peut être attribuée à l’élevage, qui utilise environ 83 % des terres agricoles mondiales, soit une superficie aussi grande que celle de l’Amérique du Nord et du Sud réunies.10 En réalité, près de 70 % des terres défrichées en Amazonie, la plus grande forêt tropicale restante au monde, sont utilisées pour le pâturage du bétail.11

En plus des dommages considérables que la déforestation cause à la biodiversité, elle a également des conséquences désastreuses pour les communautés locales, souvent autochtones, qui dépendent des forêts pour leur subsistance. Pour ces personnes, la destruction des forêts et les déplacements forcés qu’elle engendre, les prive non seulement de nourriture et de matériaux pour vivre, mais également de leur terre, de leur patrimoine culturel et de leurs traditions.12

3. Les régimes à base de plantes minimisent les zoonoses et la résistance aux antibiotiques

La déforestation, liée aux pratiques agroalimentaires est également au cœur d’une importante menace pour la santé publique : les zoonoses. Une zoonose est une maladie infectieuse qui a été transmise des animaux non humains aux humains. Des exemples bien connus de telles maladies sont le VIH et la grippe porcine, et de plus en plus de preuves suggèrent que le virus COVID-19 est également d’origine animale non humaine. On estime qu’environ 75 % des maladies infectieuses émergentes et 60 % des maladies infectieuses sont des zoonoses, causant environ 2,5 milliards de cas de maladie et 2,7 millions de décès chaque année.13

Les conséquences dévastatrices de ces flambées de maladies sont souvent supportées de manière disproportionnée par les communautés marginalisées. Une étude de 2020 a montré qu’au Royaume-Uni, presque toutes les minorités ethniques étaient plus susceptibles de mourir de la COVID-19 que la population blanche britannique.14 L’une des raisons qui explique ce phénomène est que les groupes minoritaires étaient beaucoup plus susceptibles de travailler dans les secteurs de la santé et des services sociaux et avaient déjà une prévalence plus élevée de conditions de santé négatives. Des constatations similaires ont été rapportées pour d’autres pays, tels que les États-Unis.15

L’élevage intensif est un facteur majeur de risque zoonotique. Tout d’abord, comme discuté ci-dessus, la production de bétail est une cause principale de déforestation mondiale. Cela réduit considérablement l’habitat naturel des animaux sauvages, les poussant dans les zones urbaines, où le contact étroit avec les humains augmente le risque de transmission de maladies entre espèces. Deuxièmement, l’élevage intensif présente un terrain de reproduction naturel pour l’émergence de maladies infectieuses : les densités de population sont souvent élevées, les conditions d’élevage sont insalubres, et le système immunitaire des animaux est gravement affaibli en raison du stress et des blessures.16 Enfin, cette situation est aggravée par l’augmentation des taux de résistance aux antimicrobiens, dont l’agriculture animale est un moteur majeur. Plus de 70 % des antibiotiques mondiaux sont utilisés sur les animaux en élevage intensif.17 En consommant des produits d’origine animale, nous habituons nos corps à ces médicaments et risquons de devenir immunisés à leurs effets protecteurs lorsque nous en avons vraiment besoin.

4. L’alimentation végétale évite les conditions de travail nocives des abattoirs

Enfin, les régimes à base de plantes évitent également les effets secondaires nocifs de l’industrie de la transformation de la viande. L’abattage et la transformation des animaux sont une conséquence inévitable de la consommation de produits à base de viande. En plus de la souffrance des animaux, ce processus hautement industrialisé a également un lourd tribut sur les travailleurs des abattoirs eux-mêmes.

En effet, la transformation de la viande implique non seulement un travail physique dur et répétitif pouvant causer de graves blessures, mais elle impose également des contraintes psychologiques sévères. Alors que les effets sur la santé restent peu explorés, de plus en plus de preuves suggèrent une prévalence élevée de problèmes de santé mentale parmi les travailleurs des abattoirs. Une revue systématique de la littérature en 2021 a trouvé des preuves significatives de taux plus élevés de dépression, d’anxiété et de psychose des travailleurs, signalant des niveaux élevés de stress et des symptômes de traumatisme.18

De plus, dans de nombreux pays, les travailleurs des abattoirs sont plus susceptibles d’appartenir à des groupes socio-économiques et ethnique minoritaires, ce qui les rend encore plus vulnérables aux dangers des zoonoses décrits ci-dessus. En effet, dans le monde entier, les abattoirs qui ont continué à fonctionner pendant la pandémie de COVID-19 sont souvent devenus des foyers d’infection, mettant les travailleurs et les communautés en danger.19

Voici trois choses que vous pouvez faire pour soutenir notre mission de réduire de 50 % la consommation mondiale d’animaux d’ici 2040 :

Références

  1. IPCC (2014): Summary for policymakers. In: Climate Change 2014: Impacts, Adaptation, and Vulnerability. Part A: Global and Sectoral Aspects. Contribution of Working Group II to the Fifth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change [Field, C.B., V.R. Barros, D.J. Dokken, K.J. Mach, M.D. Mastrandrea, T.E. Bilir, M. Chatterjee, K.L. Ebi, Y.O. Estrada, R.C. Genova, B. Girma, E.S. Kissel, A.N. Levy, S. MacCracken, P.R. Mastrandrea, and L.L. White (eds.)]. Cambridge University Press, Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA, pp. 1-32. ↩︎
  2. Wing, S., G. Grant, M. Green & C. Stewart (1996): Community based collaboration for environmental justice: South-East Halifax environmental reawakening. Environment and Urbanisation, 8(2), 129 – 140.; ↩︎
  3. United States Environmental Protection Agency (2017): Letter of concern to William G. Ross Jr. Available at: https://www.epa.gov/sites/default/files/2018-05/documents/letter_of_concern_to_william_g_ross_nc_deq_re_admin_complaint_11r-14-r4_.pdf. ↩︎
  4. Mirabelli, M. C., S. Wing, S. W. Marshall, et al. (2006): Race, Poverty, and Potential Exposure of Middle-School Students to Air Emissions from Confined Swine Feeding Operations. Environmental Health Perspectives 114(4), 591–596. ↩︎
  5. Xu, X., P. Sharma, S. Shu, et al. (2021): Global greenhouse gas emissions from animal-based foods are twice those of plant-based foods. Nature Food 2(9), 724–732. ↩︎
  6. United Nations Environment Programme and Climate and Clean Air Coalition (2021): Global Methane Assessment: Benefits and Costs of Mitigating Methane Emissions. Nairobi: United Nations Environment Programme. ↩︎
  7. Xu, X., P. Sharma, S. Shu, et al. (2021): Global greenhouse gas emissions from animal-based foods are twice those of plant-based foods. Nature Food 2(9), 724–732. ↩︎
  8. Sun, Z., L. Scherer, A. Tukker, et al. (2022): Dietary change in high-income nations alone can lead to substantial double climate dividend. Nature Food 3(1), 29–37. doi:10.1038/s43016-021-00431-5 ↩︎
  9. FAO (2021): COP26: Agricultural expansion drives almost 90 percent of global deforestation. Available at: https://www.fao.org/newsroom/detail/cop26-agricultural-expansion-drives-almost-90-percent-of-global-deforestation/en. Accessed on 09.02.2023. ↩︎
  10. Poore, J. & T. Nemecek (2018): Reducing food’s environmental impacts through producers and consumers. Science 360(6392), 987–992. doi:10.1126/science.aaq0216 ↩︎
  11. Cerri, C. E. P., C. C. Cerri, S. M. F. Maia, et al. (2018): Reducing Amazon Deforestation through Agricultural Intensification in the Cerrado for Advancing Food Security and Mitigating Climate Change. Sustainability 10(4), 989. doi:10.3390/su10040989 ↩︎
  12. Ceurstemont, S. (2022): Deforestation cuts through community as well as biodiversity. Available at https://ec.europa.eu/research-and-innovation/en/horizon-magazine/deforestation-cuts-through-community-well-biodiversity. Accessed 10.02.2023. ↩︎
  13. Centers for Disease Control and Prevention [CDC] (2019): Prioritizing and Preventing Deadly Zoonotic Diseases. CDC – Centers for Disease Control and Prevention. Available at https://www.cdc.gov/globalhealth/healthprotection/fieldupdates/winter-2017/prevent-zoonotic-diseases.html. Accessed 10. 02. 2023. ↩︎
  14. Platt, L. & R. Warwick (2020): Are some ethnic groups more vulnerable to Covid-19 than others? IFS Deaton Review, The Institute for Fiscal Studies. ↩︎
  15. CDC (2022): Risk for COVID-19 Infection, Hospitalization, and Death by Race/Ethnicity. Available at https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/covid-data/investigations-discovery/hospitalization-death-by-race-ethnicity.html. Accessed 15.02.2023. ↩︎
  16. Brozek, W. & C. Falkenberg (2021): Industrial Animal Farming and Zoonotic Risk: COVID-19 as a Gateway to Sustainable Change? A Scoping Study. Sustainability, 13(16), https://doi.org/10.3390/su13169251. ↩︎
  17. Ritchie, H. (2017): How do we reduce antibiotic resistance from livestock? Our World in Data. Available at https://ourworldindata.org/antibiotic-resistance-from-livestock. Accessed: 10.02.2023 ↩︎
  18. Slade, J. & E. Alleyne (2021): The Psychological Impact of Slaughterhouse Employment: A Systematic Literature Review. Trauma, Violence, & Abuse, 0(0). ↩︎
  19. van der Zee, B., T. Levitt & E. McSweeney (2020): ‘Chaotic and crazy’: meat plants around the world struggle with virus outbreaks. The Guardian, 11 May. Available at: https://www.theguardian.com/environment/2020/may/11/chaotic-and-crazy-meat-plants-around-the-world-struggle-with-virus-outbreaks. Accessed 10.02.2023. ↩︎

Dernières mises à jour et actualités

  • Membre à l’honneur : Fishway

    Membre à l’honneur : Fishway

    Un entretien avec Nina Coolsaet, co-fondatrice de Fishway, en collaboration avec Sam Van De Velde. Fishway est une entreprise qui…